Comme un chant d’espérance

Ecrit le 1er décembre 2015.

Essai de Jean D’Ormesson, éd. Gallimard.

Belle méditation, à la fois métaphysique et poétique. Jean D’Ormesson y tient compte des dernières découvertes de la science qui permettent de repousser beaucoup plus loin les limites de nos connaissances. C’est ainsi que, dans sa méditation philosophique, il intègre le Big Bang et les trous noirs qui inversent le monde.

Pour lui, Dieu existe, sinon le monde et l’Humanité n’auraient pas de sens. Il évoque l’hypothèse d’un Dieu créé par l’Humanité, mais sans s’y arrêter. Il n’a pas l’idée que la nature soit devenue majeure et transcendante quand elle est devenue consciente d’elle-même, grâce au langage.

Dans une très belle écriture riche de sens, ce bref ouvrage expose la science contemporaine vue par un philosophe-poète qui la replace dans le contexte de la tradition philosophique qu’il connait bien.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *