Contradiction

Le 28 juillet 2017, repris jusqu'au 21 octobre 2017

« Chère Tania Pétille au lieu de pérorer
Contre les maux du monde éternels imbéciles
Vous feriez mieux de bien vouloir considérer
Tout ce qui rend la vie plaisante un brin facile

Vous dénoncez l’argent distribué largement
La richesse apparente engendrée par la dette
Mais tout ce faux semblant permet allégrement
A des milliards de gens de remplir leur assiette

Fausse monnaie sans doute au grand dam des puristes
Mais qui sert aux achats stimule la croissance
Entretient l’industrie multiplie les touristes
Source d’activités d’aimables réjouissances

Le monde en est meilleur et plus douce la vie
Nos sages gouvernants ont raison de nous plaire
De flatter nos passions d’agréer nos envies
Ils sont très compétents pour régler nos affaires

L’inflation jugulée milite en leur faveur
Les épargnants floués n’ont qu’à tout dépenser
Des fruits de leur travail en goutant la saveur
Ils seront sûrs au moins d’être récompensés

Nous profitons des soins la Sécu nous protège
Les services sociaux parent au plus pressé
Les retraites versées de la vieillesse allègent
Les maux dévastateurs dont elle est agressée

Prospérité sans fin argent presque gratuit
Concourent à la fête instaurant l’Age d’Or
De cet état de grâce aucunement fortuit
Outils sophistiqués ordinateurs s’honorent

Nous vivons une époque exaltante inédite
Les vérités d’hier n’ont plus cours aujourd’hui
Un nouveau paradigme arrangeant s’accrédite
Laxiste accommodant habilement construit

Gloire aux Banquiers Centraux qui ont sauvé le monde
En faisant distribuer l’argent à volonté
Expérimentation fantastique et féconde
Apportant le bonheur la joie la satiété »

« Vos airs triomphateurs vaines rodomontades
Sur de fausses infos s’appuient sans sourciller
L’économie réelle est en capilotade
Fondée sur le crédit la dette bidouillée

Vous croyez instaurer le Paradis sur Terre
Prospérité sans fin fondée sur du papier
Monnaie que l’on déverse par hélicoptère
Selon Ben Bernanke le premier des banquiers

Si cela fonctionnait on en serait ravie
L’expansion du crédit l’impression monétaire
N’ont pas permis aux gens d’améliorer leur vie
A moins d’être déjà de biens propriétaires

Actions immobilier obligations anciennes
Ont vu leurs prix gonfler jusqu’à perdre le nord
Des bulles sont créées des pyrotechniciennes
Les feront imploser sans le moindre remords

Quatre vingt quinze pour cent de tous les actifs
Seront pulvérisés perdus dans un trou noir
Les riches les verront s’inscrire à leur passif
Les pauvres peineront à manger et à boire

Guerres troubles sociaux famines maladies
Ne feront pas quartier dans la population
On en sera réduit tenez-vous le pour dit
Au troc à la survie dans la déréliction

Qui sera déclencheur de la prochaine crise
L’effondrement boursier menaçant redouté
Une hausse des taux servant de catalyse
Au non remboursement des emprunts contractés ?

Plus grosse importatrice aujourd’hui de pétrole
La Chine est résolue à le payer en yuans
Convertibles en or le dollar dégringole
Son rôle de réserve étant tombé en panne

Mais le tigre en papier U.S. ainsi blessé
Sera piqué au vif et deviendra féroce
De sa bombe atomique il pourra menacer
Tous les récalcitrants qui lui cherchent des crosses

De multiples fléaux menacent à toute heure
Que le peuple ignorant méprise avec hauteur
Au lieu de vous vautrer dans la satisfaction
Vous feriez mieux d’agir pour votre rédemption

Il est déjà trop tard les dés en sont jetés
Nous paierons au prix fort notre naïveté
Le naufrage à venir servira de leçon
Aux rescapés hagards mangeant des charançons…»

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *