La vie parisienne

Du 4 au 6 décembre 2017

Paris est si charmant quand on a de l’argent
Du temps pour promener sa riche oisiveté
Glandouiller bavasser rêvasser arpenter
Les rues boire un café se montrer négligent
Un jeunot prétentieux bac S avec mention
S’installa à Paris logé par ses parents
Cinq cents euros en poche à sa disposition
Par mois pour ses faux-frais ses versements courants
Censé préparer le métier de médecin
Il fut pendant dix ans entretenu sans faille
Afin de le choyer l’aider dans son travail
Ses géniteurs confiants lui délivraient blanc-seing
Prétendument interne et partant salarié
Ni loyer ni repas il ne voulait payer
Un jour au restaurant il se mit à confesse
Leur avoua qu’il n’avait pas tenu ses promesses
Que dans aucun cursus il ne s’était inscrit
Qu’il a perdu son temps sans avoir rien écrit
La famille effondrée dans l’incompréhension
A peine à surmonter pareille déception
Les deux petites sœurs n’en croient pas leurs oreilles
Comment peut-on ainsi gaspiller tant d’oseille
Ruiner son avenir sous des airs triomphants ?
Tel un Goriot se faire avoir par son enfant…

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *